|

17 juillet 2011

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

La Syrie connait des troubles socio-politiques depuis plusieurs semaines. Les grands médias relatent ces évènements en affirmant qu'il s'agit d'une révolte populaire comparable à celles survenues en Tunisie ou en Égypte. Pour confirmer leurs propos, ils présentent des manifestations qui auraient lieu dans tout le pays et qui souffriraient d'une répression féroce. Par exemple, dans la ville considérée comme l'un des principaux centres de la contestation, Hama, il y aurait eut ce vendredi 500.000 manifestants dans les rues de l'agglomération de ... 530.000 habitants (en comptant les villages alentours).

Leurs uniques sources viennent d'opposants politiques basés à l'extérieur du pays. Les preuves matérielles ? Des photos floues où on peut distinguer des foules de quelques dizaines d'hommes. La défense des journalistes face à ces failles professionnelles ? La presse ne pourrait pas rentrer dans le pays et Internet serait coupé. Or voici le témoignage de Pierre Piccinin, chercheur belge actuellement sur place : il commente cette dépêche du million de manifestants*.

N.B. Ici encore, il ne s'agit nullement de défendre un régime qui n'applique pas le modèle politique occidentale de la démocratie, ni de nier de la présence d'une contestation, mais de montrer la malhonnêteté professionnelle des journalistes occidentaux chargés, consciemment ou pas, de véhiculer la propagande des gouvernements occidentaux non amis avec le régime syrien actuel.



 

 

Capture d'écran de la capture d'écran obtenue sur YouTube par le journal Libération pour illustrer le million de manifestants



Photo prise par l'auteur. Sans commentaire.



Témoignage :

Je suis actuellement en Syrie, depuis une semaine, en préparation de trois cahiers du CCMO (1), qui seront consacrés, à la rentrée, au « Printemps arabe » et d’un article pour Les Cahiers de l’Orient (2), à paraître en décembre. La Libre Belgique a également publié un billet résumant mes observations de ces derniers jours (3). Vendredi, j’ai quitté Damas, la capitale et me suis rendu à Hama, fief de la révolte islamiste, en passant par Homs.

Les données de cette agence de presse, répercutées par nombre de médias, sont complètement erronées et probablement volontairement exagérées (j’ai circulé dans toutes les zones sensibles du pays, sans jamais être empêché de me rendre là où je le souhaitais).

À Deraa, la contestation est presque éteinte et, mis à part un quartier ou l’autre, où manifestent encore sporadiquement quelques centaines de personnes pendant une heure ou deux, sans même que l’armée intervienne, tout y est très calme.

 

À Damas, seulement quelques milliers (pas même des « dizaines » de milliers) de manifestants sont sortis ce vendredi, par groupes dispersés dans plusieurs quartiers de la périphérie.

 

Idem à Homs, où des bandes armées ont provoqué la police (déjà jeudi soir : j’avais été informé de risques de troubles à Homs, jeudi, et m’y étais rendu ; le centre était calme, j’ai suivi le premier camion transportant des militaires que j’ai croisé et suis tombé sur l’échauffourée, qui opposait quelques dizaines de contestataires cagoulés face à une escouade de soldats ; ces derniers ont ouvert le feu et m’ont obligé à quitter les lieux).

 

J’ai passé tout l’après-midi du vendredi à Hama. C’est la seule ville où la contestation conserve une réelle ampleur (c’est la seule ville où on ne trouve plus un seul portrait de Bashar al-Assad, omniprésent ailleurs, exception faite de la façade du building où se trouve le siège du parti Baath, dans lequel sont retranchés des membres de la sécurité) : les habitants ont fortifié les entrées de la ville pour empêcher l’armée d’y intervenir et manifestent par dizaine de milliers.

 

Hama est la seule place où j’ai pu prendre des photographies, en grand nombre (ailleurs, la police étant présente lors des troubles, il m’est impossible de sortir mon appareil photo).

 

Quand je suis entré dans Hama, j’ai immédiatement été pris en chasse par des groupes de jeunes en moto qui m’ont arrêté. J’ai montré mon passeport belge et la situation s’est détendue : ils m’ont escorté partout et donné accès à un immeuble depuis la hauteur duquel j’ai pu prendre des photos de l’ensemble de la manifestation, centrée sur la place Alasi et l’avenue al-Alamhein.

 

Etant le seul observateur étranger sur place, ils m’ont donné toutes les facilités nécessaires et ont organisé une garde autour de mon véhicule pendant que je me déplaçais à pied parmi les manifestants.

 

En dépit de la grande sympathie que je puis avoir pour la gentillesse avec laquelle j’ai été reçu à Hama, force est d’admettre que le nombre des protestataires ne dépassait certainement pas les 100.000 personnes, en criant très fort, contrairement aux affirmations de l'AFP qui prétend que Hama a connu la plus grande manifestation du pays, rassemblant 500.000 personnes.

 

Il est bien sûr difficile de procéder à une estimation. Toutefois, s’il est vrai qu’il s’est agi de la plus grande manifestation dans le pays, en revanche, je puis affirmer, si je tente une estimation plus précise, que le nombre des manifestants doit avoir été de 15.000 à 30.000 personnes au plus.

 

J’ai produit une analyse plus fine de la situation, sur mon blog (4), où j’ai également publié des photographies de la manifestation, qui appuient, incontestablement, ces informations.

 

Ainsi, le « million » de manifestants à travers toute la Syrie ne correspond, en réalité, qu’à quelques dizaines de milliers.

 

J’ai pu avoir accès à Euronews : les images fournies par l’opposition et les blogueurs sont éloquentes ; des plans rapprochés, qui donnent une impression de masse, alors que, dans les faits, les cortèges sont relativement maigres.

 

Quant au nombre de morts recensés, il est évidemment impossible à vérifier sérieusement, mais mes contacts à Damas et Homs ne me confirment rien de tel. A Hama, les chars sont restés en dehors de la ville et aucun coup de feu n’a été tiré ; aucun mort n’est à déplorer, ni aucune arrestation.

 

La situation en Syrie, Hama exceptée, est parfaitement sous le contrôle du gouvernement et le climat général (Hama excepté, dont les rues sont jonchées de barricades et des décombres des premiers combats) n’est nullement révolutionnaire.


 

Pierre PICCININ http://pierre.piccinin-publications.over-blog.com
Professeur d'histoire et de sciences politiques

 

* Dépèche de l'AFP 

1 - http://cerclechercheursmoyenorient.wordpress.com

2 - http://www.ser-sa.com/boutique/LesCahiersdelOrient/2

3 - http://www.lalibre.be/debats/opinions/article/673320/vicissitudes-et-realites.html

4- http://pierre.piccinin-publications.over-blog.com

 

Sur le même sujet :

Syrie : TF1 pris en flagrant délit de médiamensonge

Syrie : une couverture médiatique superficielle

Syrie : Mécontentement et groupes armés




Haut de la page - Accueil

Investig'Action - Michelcollon.info l'info décodée info decodee info decodee
Investig'Action - Journal de l'Afrique
info decodee

Barbarie disent-ils…

Fondation Frantz Fanon

Ces assassinats médiatiques sont représentés par les organes de propagande comme des actes (...)

Venezuela : "opération guarimbas", seconde partie !

José Vicente Rangel

Bien entendu, dans une démocratie, les citoyens ont le droit de remettre en question des mesures (...)

Ce qu’il se passe à Fergusson ne reste pas à Fergusson

Jerome Roos

Pour les Afro-américains, l’état d’urgence a toujours été permanent. Aujourd’hui, avec le (...)

Palestine, 10 images de colère et de solidarité (3ème partie)

Yace

MICHEL COLLON : yAce est un jeune dessinateur politique au talent incroyable, comme ont déjà pu (...)

Campagne Eau et Sel : un message des prisonniers palestiniens

Badee Dwaik

Cela fait aujourd’hui 65 jours consécutifs que des détenus palestiniens sont en grève de la faim. (...)

Le Journal de l’Afrique N° 002

Carlos Siélenou et Michel Collon

Édito du JDA N° 002 du 23 juin 2014 Ensemble, libérons l’Afrique des médiamensonges (...)

Quand nous piétinons les droits de la Tribu Awa...

Monique MURGA

La tribu Awa est la dernière tribu de chasseurs cueilleurs nomades de l’Amazonie. Ils ne sont (...)

Euro-djihadistes : des instruments de l’OTAN

Bahar Kimyongür

En soutenant la « rébellion » en Syrie, l’UE, n’a-t-elle pas encouragé des milliers de jeunes à (...)

Violences policières : des victimes témoignent

Ligue des droits de l’Homme

Voici quelques-uns des témoignages bouleversants recueillis par l’Observatoire des violences (...)

Verrons-nous des « ruines en cendres » durant le Sommet de la CELAC ?

Iroel Sánchez

Iroel Sánchez analyse les manœuvres médiatiques de Washington contre Cuba, dans le contexte de la (...)