envoyer l'article par mail envoyer par mail | Partager

3 novembre 2011

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Le 14 octobre, le président Barack Obama a annoncé l’envoi de troupes des forces spéciales des Etats-Unis en Ouganda pour y participer à la guerre civile. Dans les prochains mois, des forces militaires américaines seront envoyées au Sud-Soudan, au Congo et en République centrafricaine. Elles n’« interviendront » qu’en situation d’ « auto-défense », assure Obama, ironiquement. Avec la Libye sécurisée, une invasion américaine du continent africain est en marche.

La décision d’Obama est décrite dans la presse comme "très inattendue" et "surprenante", voire "bizarre". Il n’en est rien. Elle suit en effet la logique de la politique extérieure américaine à partir de 1945. Prendre le Vietnam. Il était prioritaire d’endiguer l’influence de la Chine, un rival impérial, et de "protéger" l’Indonésie, que le président Nixon appelait "le plus gros magot de ressources naturelles de la région... le plus beau trophée". Le Vietnam se trouvait simplement sur le chemin ; le massacre de plus de trois millions de Vietnamiens et la dévastation et la contamination chimique de leur pays était alors le prix à payer pour que l’Amérique remplisse son objectif. Comme pour toutes les invasions américaines ultérieures, une trainée de sang de l’Amérique latine à l’Afghanistan en passant par l’Irak, la justification était en général basée sur "l’auto-défense" et "l’humanitarisme", des termes vidés de leur sens propre depuis bien longtemps.
 
En Afrique, dit Obama, la "mission humanitaire" est d’aider le gouvernement ougandais à vaincre l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA pour Lord's Resistance Army), qui "a assassiné, violé et enlevé des dizaines de milliers d’hommes, femmes et enfants en Afrique centrale". C’est là une description fidèle de la LRA, qui rappelle d’ailleurs les multiples atrocités commanditées par les Etats-Unis ; comme le bain de sang dans les années 60 qui a suivi le meurtre orchestré par la CIA de Patrice Lumumba, chef de file de l’indépendance du Congo et premier ministre légalement élu pour la première fois dans ce pays, ainsi que le coup d’état de la CIA qui a installé au pouvoir Mobutu Sese Seko, considéré comme le tyran le plus vénal qu’ait vu l’Afrique.
 
L’autre justification d’Obama est loin d’être plus convaincante. Il s’agit de la "sécurité nationale des Etats-Unis ". La LRA a perpétré ses sévices pendant 24 ans et concernent bien peu les Etats-Unis. Aujourd’hui, elle compte moins de 400 combattants et n’a jamais été plus faible. Cependant, la "sécurité nationale" américaine signifie souvent soudoyer un régime voyou et corrompu qui possède quelque chose que Washington convoite. Yoweri Museveni, le "président-à-vie" de l’Ouganda reçoit déjà la majeure partie de 45 millions de dollars en "aide" militaire américaine – dont font partie les drones tant appréciés par Obama. Voilà son pot-de-vin pour combattre dans une guerre par procuration contre le nouvel ennemi islamique fantôme des Etats-Unis, le groupe Al-Shabbaab basé en Somalie. La LRA jouera un rôle de relations publiques, en distrayant les journalistes occidentaux avec les horreurs qu’ils commettent chroniquement.
 
En réalité, la raison principale pour laquelle les Etats-Unis sont en train d’envahir l’Afrique est la même qui a déclenché la guerre du Vietnam. C’est encore la Chine. Le monde de paranoïa institutionnalisée et égocentrique, dans lequel baigne le général David Petraeus, précédent commandant des forces armées américaines et actuellement directeur de la CIA, justifie ce qu’il sous-entend être un état de guerre permanente ; la Chine est en train de remplacer Al-Qaeda en tant que "menace" officielle des Etats-Unis. Quand, l’année dernière, j’interviewais Bryan Whitman, secrétaire adjoint à la Défense au Pentagone, je lui ai demandé de décrire l’état actuel de danger pour l’Amérique. Visiblement embarrassé, il a répété "des menaces asymétriques ... des menaces asymétriques". Ces menaces justifient les conglomérats de fabricants d’armes, impliqués dans le blanchiment d’argent et sponsorisés par l’Etat, et le plus grand budget militaire de l’histoire. Maintenant qu’Oussama Ben Laden a été sorti de la scène géopolitique, la Chine devient le nouveau bouc émissaire.
 
L’Afrique est bien l’histoire à succès de la Chine. Là où les Américains amènent leurs drones et la déstabilisation, les Chinois apportent des routes, des ponts et des barrages. Ce qu’ils recherchent sont les ressources naturelles, en particulier les combustibles fossiles. Dotée des plus grandes réserves de pétrole en Afrique, la Libye de Mouammar Kaddhafi était une des plus importantes sources de carburant de la Chine. Quand la guerre civile a éclaté et l’OTAN a appuyé les "rebelles" sur base d’une histoire montée de toute pièces à propos de plans de Kaddhafi pour un "génocide" à Benghazi, la Chine a évacué ses 30.000 travailleurs en Libye. La résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui a autorisé "l’intervention humanitaire" de l’Occident a été expliquée succinctement dans une proposition au gouvernement français par le Conseil National de Transition "rebelle", révélée le mois passé dans le journal Libération, dans laquelle on offrait à la France 35 % de la production nationale brute en pétrole de la Libye "en échange" (sic) d’un appui "total et permanent" de la France au CNT. Arborant la bannière étoilée dans Tripoli "libérée" le mois dernier, l’ambassadeur américain Gene Cretz a laissé échapper : "Nous savons que le pétrole est le joyau de la couronne des ressources naturelles libyennes !"
 
La conquête de fait de la Libye par les Etats-Unis et ses partenaires impérialistes annonce une version moderne du "partage de l’Afrique" à la fin du XIXe siècle.
Da la même manière que pour la "victoire" en Irak, les journalistes ont joué un rôle critique de division des Libyens en tant que victimes dignes de respect et les autres déshumanisées. Récemment, la une de The Guardian montrait la photo d’un combattant kaddhafiste terrifié à côté de ses geôliers frénétiques qui, selon la notice, "fêtaient leur victoire". Selon le General Petraeus, il se déroule maintenant une guerre "de perception... menée continuellement par les médias".
 
Pendant plus d’une décennie, les Etats-Unis ont essayé d’établir une tête de pont sur le continent africain, nommé AFRICOM, mais ont été repoussés par les différents gouvernements, inquiets des tensions régionales que cela pourrait créer. La Libye, et maintenant l’Ouganda, le Sud-Soudan et le Congo représentent leur opportunité la plus intéressante. Comme des câbles Wikileaks et le bureau national stratégique contre le terrorisme le révèlent, les plans américains pour l’Afrique font partie d’un programme global selon lequel 60,000 forces spéciales, incluant des escadrons de la mort, sont déjà en opération dans 75 pays, chiffre qui s’élèvera bientôt à 120. Comme Dick Cheney l’a fait remarquer dans son plan de "stratégie de défense" des années 90, l’Amérique désire simplement dominer le monde.
 
Que cela soit maintenant le cadeau de Barack Obama, le "Fils de l’Afrique", est d’une ironie suprême. Ou l’est-il vraiment ? Comme Frantz Fanon l’explique dans Black Skin, White Masks, ce qui importe n’est pas tant la couleur de la peau, sinon le pouvoir que l’on sert et les millions de gens que l’on trahit.
 
 
Source originale : Global Research
 
Traduit de l'anglais par T.K. pour Investig'Action
 
Source : michelcollon.info
 
http://aureliapfend.blogspot.com/


Haut de la page - Accueil

Investig'Action - Michelcollon.info l'info d�cod�e Investig'Action - Michelcollon.info l'info décodée Investig'Action - Michelcollon.info l'info décodée Investig'Action - Michelcollon.info l'info décodée
Investig'Action - Journal de l'Afrique
Investig'Action - Michelcollon.info l'info décodée

Le Golem est catholique !

Rudi Barnet

Monsieur Evans est un malin ! Présentateur à « Channel 4 » d’une émission intitulée « The Dead Famous (...)

Verrons-nous des « ruines en cendres » durant le Sommet de la CELAC ?

Iroel Sánchez

Iroel Sánchez analyse les manœuvres médiatiques de Washington contre Cuba, dans le contexte de la (...)

Manipulation d’images et guerre psychologique au Venezuela (et sur le net)

Misión verdad

En Ukraine, en Egypte, au Chili, et depuis peu au Venezuela. L’apparente « liberté d’information » (...)

Comment la plupart des journalistes occidentaux ont cessé d’appuyer la démocratie en Amérique latine

Thierry Deronne

Le 7 mars 2014, la nouvelle présidente du Chili Michelle Bachelet a été on ne peut plus claire (...)

Le professeur Gilbert Achcar : une vision caricaturale de la Syrie

Bahar Kimyongür

Dans un article publié du 23 février sur le site du quotidien libanais francophone « L’Orient-Le (...)

Vive les émeutiers réacs à l’est, mais à bas les manifs populaires chez nous !

Floréal

Jusqu’ici, quand un million de personnes manifestait à Paris pour défendre les retraites, notre (...)

La Crimée est russe et Mayotte est française. Où est le problème ?

Wongo

Quand on parle des « deux poids deux mesures »...

L’histoire cachée des FEMEN

Olivier Pechter

Cette enquête, qui aurait pu s’appeler « le poids des mots, le choc des photos » raconte (...)

Une quarantaine de femmes bloquées à la douane du Caire

Skan Triki

Une quarantaine de femmes sont bloquées à l’aéroport du Caire par les autorités égyptiennes, depuis (...)

VENEZUELA : Tentative de coup d´état en direct et sur place

Jean Araud

Face aux évènements qui secouent notre planète, quand il s´agit de l´expression des peuples, il est (...)