|

18 février 2013

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Comme le montre bien l'article qui suit, les pays africains sont largement dépendants de l'étranger du point de vue commercial. Leur route pour la souveraineté économique est donc encore longue. Elle est aussi pleine d'embûches, ainsi que nous le rappellent les interventions occidentales en Côte d'Ivoire, en Libye et au Mali... (IGA)

 

 


Sur les 48 États de l’Afrique subsaharienne, 33 sont dans le rouge. Balance commerciale négative. Ils importent plus que ce qu’ils exportent. C’est ce qui ressort de l’atlas publié par le magazine Africa24 qui, pays par pays, dresse un tableau de l’Afrique 2012. On a là un bon indicateur de l’état de dépendance de bon nombre de pays africains.

 

La République démocratique du Congo, par exemple, "champion" toute catégorie : elle importe neuf fois plus qu’elle n’exporte, et l’ardoise (le déficit commercial) se chiffre à plus de 76 milliards d’euros. Seize autres États, dont le Sénégal, la Gambie, l’Éthiopie, le Kenya, le Burundi, l’Ouganda et le Rwanda sont dans le cas d’une balance commerciale où les importations pèsent plus du double des exportations. Cela laisse peu de marge de manœuvre pour les capacités "d’appropriation" nationales et autres crécelles dont on affuble aujourd’hui l’idéal d’autodétermination, principe fondateur du concert des nations.

 

Prise en bloc, l’Afrique subsaharienne affiche un déficit commercial de quelque dix milliards d’euros (à comparer avec les quelque 33 milliards d’euros versés en 2010 au titre "d’aides" au développement : près d’un tiers pour se payer des marchandises importées des pays "donateurs" ?). L’Afrique du Nord, printemps arabe ou non, ce n’est guère mieux : déficit commercial de près de 9 milliards d’euros avec, comme "champions" ici, l’Egypte (déficit de 20 milliards d’euros) et le Maroc (moins 15 milliards). Place Tahir, il reste du boulot...

 

 

« Guide économique 2013 du continent », Africa24, n°8, novembre 2012/janvier 2013, 197 pages, 6,2 euros.

 

Source : Gresea

 



 



>> Retrouvez sur notre shop !

La stratégie du chaos  La stratégie du chaos


Disponible aussi en eBook


Haut de la page - Accueil

Investig'Action - Michelcollon.info l'info décodée info decodee info decodee
Investig'Action - Journal de l'Afrique
info decodee

Quelques réflexions sur la guerre en cours

Abdeslam Ziouziou

Il faut absolument tordre le coup à toute ces séries d’assertions indignées qui veulent que (...)

Pour le droit à l’insolence

Eric Fassin

À l’heure où la France célèbre le droit au blasphème, il est pour le moins paradoxal de devoir (...)

Francophonie : la trahison de Dakar

Jean Claude de L’Estrac

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a une nouvelle Secrétaire générale depuis (...)

Journal de l’Afrique N°006

Carlos Siélenou et Michel Collon

Durant toute l’année 2014, le Journal de l’Afrique vous a permis de percer le voile dissimulateur (...)

Les premiers fruits amers de l’unité nationale : Guerres, peurs, humiliations, mises sous surveillance

Saïd Bouamama

La grande manifestation « Je suis Charlie » a été célébrée par l’ensemble de nos médias, par le (...)

Une autre civilisation s’impose

Saïd Bouamama

« Mission civilisatrice », disaient-ils, et nous avons eu les enfumages en Algérie, le massacre à (...)

Charlie Hebdo : chercher à comprendre pour éviter les pièges

Grégoire Lalieu

Quel rapport entre la découverte du pétrole, le rire de Nasser, la guerre d’Algérie, la révolte (...)

L’attentat contre Charlie Hebdo : l’occultation politique et médiatique des causes, des conséquences et des enjeux

Saïd Bouamama

L’attentat contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo marquera notre histoire contemporaine. (...)

Avec Jihad made in USA, Investig’Action se lance dans les e-books !

Investig’Action

Outre l’édition papier de notre nouveau livre Jihad made in USA, nous sommes très heureux de vous (...)

Deux conceptions de l’antiracisme : le paternalisme ou la révolte ?

Saïd Bouamama

La performance de l’artiste sud-africain Brett Bailley intitulée Exhibit B est l’objet depuis (...)