|

18 février 2013

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Comme le montre bien l'article qui suit, les pays africains sont largement dépendants de l'étranger du point de vue commercial. Leur route pour la souveraineté économique est donc encore longue. Elle est aussi pleine d'embûches, ainsi que nous le rappellent les interventions occidentales en Côte d'Ivoire, en Libye et au Mali... (IGA)

 

 


Sur les 48 États de l’Afrique subsaharienne, 33 sont dans le rouge. Balance commerciale négative. Ils importent plus que ce qu’ils exportent. C’est ce qui ressort de l’atlas publié par le magazine Africa24 qui, pays par pays, dresse un tableau de l’Afrique 2012. On a là un bon indicateur de l’état de dépendance de bon nombre de pays africains.

 

La République démocratique du Congo, par exemple, "champion" toute catégorie : elle importe neuf fois plus qu’elle n’exporte, et l’ardoise (le déficit commercial) se chiffre à plus de 76 milliards d’euros. Seize autres États, dont le Sénégal, la Gambie, l’Éthiopie, le Kenya, le Burundi, l’Ouganda et le Rwanda sont dans le cas d’une balance commerciale où les importations pèsent plus du double des exportations. Cela laisse peu de marge de manœuvre pour les capacités "d’appropriation" nationales et autres crécelles dont on affuble aujourd’hui l’idéal d’autodétermination, principe fondateur du concert des nations.

 

Prise en bloc, l’Afrique subsaharienne affiche un déficit commercial de quelque dix milliards d’euros (à comparer avec les quelque 33 milliards d’euros versés en 2010 au titre "d’aides" au développement : près d’un tiers pour se payer des marchandises importées des pays "donateurs" ?). L’Afrique du Nord, printemps arabe ou non, ce n’est guère mieux : déficit commercial de près de 9 milliards d’euros avec, comme "champions" ici, l’Egypte (déficit de 20 milliards d’euros) et le Maroc (moins 15 milliards). Place Tahir, il reste du boulot...

 

 

« Guide économique 2013 du continent », Africa24, n°8, novembre 2012/janvier 2013, 197 pages, 6,2 euros.

 

Source : Gresea

 



 



>> Retrouvez sur notre shop !

Libye, Otan, Média-mensonges  Libye, Otan, Média-mensonges


12-libye-otan-et-mediamensonges.html

La stratégie du chaos  La stratégie du chaos


11-chasseurs-de-matieres-premieres.html


Haut de la page - Accueil

Investig'Action - Michelcollon.info l'info décodée info decodee info decodee
Investig'Action - Journal de l'Afrique
info decodee

Charlie, intervention en Syrie et propagande de guerre (vidéo)

Investig’Action

Michel Collon serait-il devenu, après 25 ans d’étude des stratégies liées aux guerres, un vulgaire (...)

Rudy Reichstadt : un opportuniste de la galaxie néo-conservatrice

Anticons

Rudy Reichstadt, ce nom vous dit quelque chose ? Rudy-Reichstadt_Les-rhétoriques-de-la-conspiration2P

La précarité quotidienne en Afrique de l’Ouest : culture et développement

Jules Ernoux

Cet ouvrage propose des tranches de vie prises sur le vif dans la population, plutôt urbaine, de (...)

La migration des peuples est la conséquence de la voracité de l’interventionnisme

Zivadin Jovanovic

Le forum de Belgrade comptabilise 16 années d’activités investies dans la promotion du pacifisme (...)

Colombie : un JT rebelle pour briser le "siège médiatique" (vidéo)

Investig’Action

Dans le contexte des pourparlers de paix en Colombie, la guérilla des FARC-EP a choisi de (...)

A propos des Dominants

Robert Charvin

En France et en Europe, l’idéologie dominante est le confusionnisme : on n’admet pas la (...)

France : La mise en cause du Code du Travail - une nouvelle contre-réforme

Robert Charvin

Le chômage est au cœur du discours, mais ne l’est pas dans la pratique politique. Au contraire, il (...)

A propos du « confusionnisme » et de l’extrême droite

Michel Collon - Radio Campus

Michel Collon est attaqué en permanence par "confusionnisme.info". Liée aux milieux néocons (...)

Ornella Guyet : L’archétype de la désinformation

Anticons

Qui est vraiment Ornella Guyet ? Quelles sont ses motivations ? Pourquoi reprend-elle à son (...)

Burundi : « L’ingérence de Washington et de l’UE ne sont pas inévitables »

Tony Busselen - Olivier A. Ndenkop

Afin de permettre à ses lecteurs de comprendre la situation tendue au Burundi en particulier et (...)