|

20 décembre 2012

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Les souffrances infligées à la population de Gaza par Israël à travers le blocus et l’agression militaire sont le fruit d’une politique délibérée et réfléchie, la « doctrine Dahiya ».

 

Le ministre israélien des Transports, Ysrael Katz, appelait, juste avant la dernière agression d’Israël contre Gaza, à « se désengager de Gaza civilement, y compris l’électricité, l’eau, la nourriture et des combustibles… et de passer à une politique de dissuasion comme au Sud-Liban ».

Au sein de l’armée israélienne on parle ainsi de la « doctrine Dahiya », du nom du quartier populaire au sud de Beyrouth, réputé comme un bastion de Hezbollah, qui a été complètement rasé lors de l’agression israélienne de 2006.

Le général israélien Gadi Eisenkot l’exprime ainsi : « Ce qui s’est passé dans le quartier de Dahiya en 2006 arrivera à chaque village d’où on tire sur Israël. Nous y appliquerons une force disproportionnée et infligerons beaucoup de dégâts. Ceci n’est pas une recommandation. Il s’agit d’un plan qui a été approuvé. »1

Un autre général renchérit : « En cas d’une autre guerre avec le Hezbollah (…) de sérieux dommages à la République du Liban, la destruction de l’infrastructure nationale et la souffrance intense de centaines de milliers de gens sont des conséquences pouvant influencer le comportement du Hezbollah plus que n’importe quoi d’autre. »2 Un autre militaire ajoute : « Cette approche est également applicable à la bande de Gaza. »3

Le journaliste Jonathan Cooke estime que « ce “concept sécuritaire” implique la destruction totale des infrastructures d’une communauté afin de la plonger le plus profondément possible dans un problème de survie et de reconstruction, au point que d’autres préoccupations, comme la riposte ou la résistance à l’occupation, ne sont plus abordables ».4

Blocus meurtrier

Quand on compare ces déclarations à la situation concrète que vivent les Gazaouis, il ne fait aucun doute que ceux-ci sont volontairement pris pour cible par le gouvernement israélien dans le cadre d’une telle stratégie.

En effet, Gaza compte 1,59 million d’habitants, dont 819 000 enfants, sur 360 km² (deux fois la région de Bruxelles). 34 % de la main-d’œuvre est sans travail. 80 % de la population dépend de l’aide humanitaire. 90 % de l’eau du robinet n’est pas potable.5 Pourtant, Gaza n’est pas destinée à la pauvreté. La région dispose en effet de terres agricoles riches et d’eaux poissonneuses. L’occupation et le blocus israéliens sont en cause.

Depuis 2007, le blocus israélien contre Gaza est total. Tous les biens qui entrent ou sortent de Gaza doivent passer par Israël. Un tribunal israélien a récemment obligé le gouvernement israélien à révéler des plans de 2008 (« Red lines ») qui calculent le nombre de calories dont peut disposer chaque Palestinien : 2500 pour les hommes, 2000 pour les femmes. Ces sommes sont ensuite converties en nombre de camions de nourritures qui peuvent rentrer à Gaza. Mais les stratèges israéliens y ajoutaient d’autres éléments pour faire diminuer le nombre de camions, comme la production agricole locale, systématiquement surévaluée. On arrivait ainsi à 67 camions, alors qu’avant le blocus, 400 camions passaient tous les jours. Vu la malnutrition croissante, ces quantités ont été légèrement augmentées en 2010.6 Deux ONG estiment néanmoins qu’actuellement, 58,6 % des écoliers sont affectés par de l’anémie, causée par un manque de nourriture de qualité.7

Une série d’instruments médicaux essentiels sont interdits d’importation, comme des machines à rayons X, des scanners, des batteries et pièces de rechange.

16 projets internationaux concernant les besoins d’eau et sanitaire attendent toujours depuis 2010 : seulement un cinquième des matériaux nécessaires ont pu entrer à Gaza. Aucun progrès n’a pu être réalisé en matière de projets de désalinisation afin de faire face au grave problème d’eau potable.

Israël a réduit les eaux territoriales gazaouies accessibles aux pêcheurs palestiniens de 20 (en 1993) à 3 miles maritimes. 35 % des terres agricoles sont interdites d’accès. 178 000 personnes sont ainsi privées de leur gagne-pain.

Il manque plus de 71 000 unités d’habitation à Gaza — soit environ 23 % de l’habitat total — pour répondre à la pénurie. Plus de 15 000 Gazaouis déplacés par l’opération militaire israélienne « Plomb durci » menée en 2008-2009 n’ont pas encore retrouvé leur foyer.8

En 2006, Israël a bombardé la seule centrale électrique de Gaza et empêche depuis lors sa restauration complète.

Tuer l’espoir

Le professeur américain Noam Chomsky s’est rendu à Gaza fin octobre. Il commente : « Il faut à peine plus d’une journée à Gaza pour commencer à apprécier ce à quoi doit ressembler tenter de survivre dans la plus grande prison en plein air du monde, où un million et demi de personnes, dans la région la plus densément peuplée du monde, sont constamment soumises à la terreur générale, souvent sauvage, et aux châtiments arbitraires qui n’ont souvent pour but que d’humilier et avilir, ainsi que de faire en sorte que les espoirs palestiniens d’un avenir décent soient anéantis et que soit réduit à zéro le soutien mondial majoritairement favorable à un arrangement diplomatique censé accorder ces droits. »

Ziad Medoukh, professeur de français à l’Université Al Azhar à Gaza, déclare : « Je crois que cette offensive israélienne ne visait pas le Hamas mais la population. Parce qu’elle est attachée à sa terre de manière indéfectible, malgré le blocus, malgré les offensives militaires, malgré les divisions palestiniennes, malgré le chômage. »

Face à la résistance tenace du peuple palestinien qui refuse de mourir en silence, l’acharnement des dirigeants israéliens ne semble pas connaître de limite. Ceux-ci considèrent la passivité des dirigeants européens comme un encouragement à poursuivre leurs méfaits. Seule des sanctions peuvent leur faire comprendre que le monde n’accepte plus leurs méfaits.
 
1, 2 et 3. Report of the United Nations Fact-Finding Mission on the Gaza Conflict, 25/9/2009,• 4. Jonathan Coocke : « Le régime de famine imposé par Israël à Gaza », 28/10 • 5. United Nations, Five year of blockade, juin 2012 • 6. Le Monde, 17/10 • 7. Gaza’s Children : Falling behind par Save the Children et MAP (Medical Aid For Palestinians), juin 2012 • 8. La crise de l’immobilier à Gaza exacerbée par la fermeture des tunnels, IRIN, 14/11

Quelques chiffres

Gaza :
• Densité de population : environ 4600 habitants/km2 (3e pays du monde après Monaco et Singapour).
• 34 % de la main d’œuvre est sans travail.
• 80 % de la population dépend de l’aide humanitaire.
• 90 % de l’eau du robinet n’est pas potable.

Israël-Palestine :
• L’Europe fait 15 fois plus de commerce avec les colonies israéliennes qu’avec les territoires palestiniens.
• 35 % des terres agricoles palestiniennes sont interdites d’accès.
• 4 morts israéliens en 2012 (jusqu’au 19 novembre).
• 173 morts gazaouis en 2012 (jusqu’au 19 novembre), dont 19 enfants de moins de 15 ans.
• 47 victimes israéliennes de tirs de roquettes ou mortiers depuis Gaza depuis 2006.
• 2 879 victimes palestiniennes des tirs de l’armée israélienne entre le 1er avril 2006 et le 21 juillet 2012.

 


Source : Solidaire


Haut de la page - Accueil

Investig'Action - Michelcollon.info l'info décodée info decodee info decodee
Investig'Action - Journal de l'Afrique
info decodee

Burkina Faso : Alternance ou alternatives

Carlos Siélenou et Michel Collon

Editorial du Journal de l’Afrique n°004 : Spécial Burkina Faso, par Michel Collon & Carlos (...)

Burkina-Faso : Leçons de Ouagadougou- Chronique d’une révolution populaire confisquée

Samuel Njufom

Entre le 27 octobre et le 3 novembre 2014 dernier, le Burkina-Faso du dictateur Blaise (...)

"Le TTIP est une ingérence des multinationales dans la vie politique "

Bruno Poncelet & Alex Anfruns

Entretien avec Bruno Poncelet, animateur de la plateforme No-Transat (www.no-transat.be), et (...)

Du colonialisme au sionisme : chronique d’une continuité idéologique du parti socialiste

Saïd Bouamama

« Il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa (...)

Révolte populaire à Fergusson : Trois manipulations médiatiques

Saïd Bouamama

Inégalités sociales massives, discriminations racistes insoutenables, harcèlement policier (...)

Ce qu’il se passe à Fergusson ne reste pas à Fergusson

Jerome Roos

Pour les Afro-américains, l’état d’urgence a toujours été permanent. Aujourd’hui, avec le (...)

Palestine, 10 images de colère et de solidarité (3ème partie)

Yace

MICHEL COLLON : yAce est un jeune dessinateur politique au talent incroyable, comme ont déjà pu (...)

Campagne Eau et Sel : un message des prisonniers palestiniens

Badee Dwaik

Cela fait aujourd’hui 65 jours consécutifs que des détenus palestiniens sont en grève de la faim. (...)

Le Journal de l’Afrique N° 002

Carlos Siélenou et Michel Collon

Édito du JDA N° 002 du 23 juin 2014 Ensemble, libérons l’Afrique des médiamensonges (...)

Quand nous piétinons les droits de la Tribu Awa...

Monique MURGA

La tribu Awa est la dernière tribu de chasseurs cueilleurs nomades de l’Amazonie. Ils ne sont (...)