|

27 octobre 2012

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Lancer des bulletins de santé – que l’on sait faux – à propos de dirigeants révolutionnaires n’est pas une erreur. C’est une stratégie de désinformation visant à démoraliser. Le 30 mai, le célèbre journaliste US Dan Rather annonçait que “Chavez allait mourir d’ici deux mois au plus tard”. Zoellick, président US de la Banque mondiale, ajoutait : “Les jours de Chavez sont comptés”. Leur objectif : démoraliser ses électeurs et ceux qui l’admirent dans le monde. Quatre mois plus tard, Chavez remportait haut la main l’élection présidentielle après une campagne intense. Et il ajoutait : “Ce sont les jours de la banque mondiale qui sont comptés”... MICHEL COLLON

 

Il a suffi d'un message aux diplômés de première année de l'Institut des Sciences médicales « Victoria de Giron » pour que le poulailler de la propagande impérialiste se déchaîne, et que les agences de presse se lancent derrière le mensonge, avec voracité. Mais ce n’est pas tout, dans leurs dépêches, elles ont ajouté sur le patient les stupidités les plus insolites


Le journal espagnol ABC a publié qu'un médecin vénézuélien, établi on ne sait où, a révélé que Castro a souffert d’une embolie massive au niveau de l’artère cérébrale droite, « je peux affirmer que nous ne le reverrons plus en public ». Le soi-disant médecin qui, si c’en est un, a dû d’abord abandonner ses propres compatriotes, a qualifié l'état de santé de Castro de « très proche de l'état neurovégétatif. »
Même si beaucoup de gens dans le monde sont trompées par les organes d'information, presque tous aux mains des privilégiés et des riches, qui publient ce genre de bêtises, les peuples croient de moins en moins à ces mensonges. Personne n'aime être trompé, même le menteur le plus incorrigible attend qu'on lui dise la vérité. Tout le monde a cru, en avril 1961, les nouvelles publiées par les agences de presse affirmant que les envahisseurs mercenaires de Giron ou de la Baie des Cochons, comme on veut bien l’appeler, arrivaient à La Havane, alors qu’en réalité, un petit nombre d’entre eux tentaient vainement de rejoindre en canot les navires de guerre yankees qui les escortaient. 
Les peuples apprennent les leçons, et la résistance grandit face aux crises du capitalisme, qui se répètent de plus en plus fréquemment ; aucun mensonge, aucune répression, pas même les nouvelles armes ne pourront empêcher l’effondrement d'un système de production toujours plus inégal et injuste.

Il y a quelques jours, peu avant le 50° anniversaire de la « Crise d'Octobre », les agences ont signalé trois coupables : Kennedy, fraîchement arrivé à la tête de l'empire, Khrouchtchev et Castro. Cuba n'a rien eu à voir avec l'arme nucléaire, ni avec le massacre inutile d'Hiroshima et de Nagasaki perpétré par le président des États-Unis Harry S. Truman, instaurant la tyrannie des armes nucléaires. Cuba défendait son droit à l'indépendance et à la justice sociale.

Lorsque nous avons accepté l'aide soviétique en armes, en pétrole, en aliments et en autres ressources, ce fut pour nous défendre contre les plans yankees d’invasion de notre Patrie, soumise à une guerre sale et sanglante que ce pays capitaliste nous a imposée dès les premiers mois et qui s’est soldée par des milliers de vies et de mutilés cubains.

Lorsque Khrouchtchev nous a proposé, au nom de la solidarité, d'installer des projectiles de moyenne portée semblables à ceux que les États-Unis avaient en Turquie – encore plus proches de l'URSS que Cuba des États-Unis –, Cuba n'a pas hésité à accepter un tel risque. Notre conduite a été moralement irréprochable. Jamais nous ne présenterons d'excuses à quiconque pour ce que nous avons fait. Une chose est sûre, c'est qu'un demi-siècle s'est écoulé et nous sommes toujours là, la tête haute.

J'aime écrire et j'écris ; j'aime étudier et j'étudie. Il y a beaucoup de tâches dans le domaine du savoir. Jamais les sciences, par exemple, n'ont avancé à une vitesse aussi vertigineuse.

J'ai cessé de publier des Réflexions parce que ce n'est certainement pas mon rôle de remplir les pages de notre presse, qui se consacre à d'autres tâches dans l’intérêt de notre pays.

Oiseaux de mauvais augure ! J’ai même oublié ce qu'est un mal de tête. Pour prouver à quel point ils sont menteurs, je vous offre les photos qui accompagnent cet article.

Fidel Castro Ruz 
Le 21 octobre 2012 
10h12


Haut de la page - Accueil

Investig'Action - Michelcollon.info l'info décodée info decodee info decodee
Investig'Action - Journal de l'Afrique
info decodee

Charlie, intervention en Syrie et propagande de guerre (vidéo)

Investig’Action

Michel Collon serait-il devenu, après 25 ans d’étude des stratégies liées aux guerres, un vulgaire (...)

Rudy Reichstadt : un opportuniste de la galaxie néo-conservatrice

Anticons

Rudy Reichstadt, ce nom vous dit quelque chose ? Rudy-Reichstadt_Les-rhétoriques-de-la-conspiration2P

La précarité quotidienne en Afrique de l’Ouest : culture et développement

Jules Ernoux

Cet ouvrage propose des tranches de vie prises sur le vif dans la population, plutôt urbaine, de (...)

La migration des peuples est la conséquence de la voracité de l’interventionnisme

Zivadin Jovanovic

Le forum de Belgrade comptabilise 16 années d’activités investies dans la promotion du pacifisme (...)

Colombie : un JT rebelle pour briser le "siège médiatique" (vidéo)

Investig’Action

Dans le contexte des pourparlers de paix en Colombie, la guérilla des FARC-EP a choisi de (...)

A propos des Dominants

Robert Charvin

En France et en Europe, l’idéologie dominante est le confusionnisme : on n’admet pas la (...)

France : La mise en cause du Code du Travail - une nouvelle contre-réforme

Robert Charvin

Le chômage est au cœur du discours, mais ne l’est pas dans la pratique politique. Au contraire, il (...)

A propos du « confusionnisme » et de l’extrême droite

Michel Collon - Radio Campus

Michel Collon est attaqué en permanence par "confusionnisme.info". Liée aux milieux néocons (...)

Ornella Guyet : L’archétype de la désinformation

Anticons

Qui est vraiment Ornella Guyet ? Quelles sont ses motivations ? Pourquoi reprend-elle à son (...)

Burundi : « L’ingérence de Washington et de l’UE ne sont pas inévitables »

Tony Busselen - Olivier A. Ndenkop

Afin de permettre à ses lecteurs de comprendre la situation tendue au Burundi en particulier et (...)