|

21 février 2013

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Après cinq années d’attente, Yoani Sánchez a enfin obtenu l’autorisation de se rendre à l’étranger. Suite à la réforme migratoire entrée en vigueur le 14 janvier 2013, qui permet à tout Cubain de quitter le pays sans autre formalité que l’obtention d’un passeport et d’un visa, la plus célèbre opposante au gouvernement de La Havane débute au Brésil une tournée mondiale qui la mènera sur plusieurs continents. Elle sera reçue à Recife par le cinéaste Dado Galvao et participera à la présentation du documentaire Conexión Cuba Honduras1.

 

La plus célèbre opposante au gouvernement de La Havane
débute au Brésil une tournée mondiale

 

Source : Opera Mundi

 

Sa tournée est digne de celle d’un chef d’Etat ou d’une star de la musique et les moyens mis à la disposition de Yoani Sánchez sont impressionnants. En effet, « un programme très intense » attend la jeune opposante de 37 ans (2). Des conférences sont prévues au Mexique où elle sera l’invitée d’honneur de la Société interaméricaine de presse (SIP) qui tiendra sa réunion semestrielle à Puebla, aux Etats-Unis, avec des rencontres prévues à New York, où elle sera reçue dans les bureaux du New York Times, à Washington et à Miami, en Argentine, au Canada, au Pérou, en Espagne, en Italie, en Pologne, en Allemagne, en République tchèque, aux Pays-Bas et en Suisse (3).


Voyager étant un droit universel reconnu dans la Déclaration des Nations unies de 1948, on ne peut que se réjouir du fait que la principale figure de l’opposition cubaine puisse exprimer ses convictions à travers le monde. Néanmoins, il est inévitable de souligner certains aspects obscurs de la personnalité et de la vie de Yoani Sánchez qui sont l’objet de controverses, et que cette tournée monumentale semble confirmer.


En effet, Yoani Sánchez n’est pas une opposante ordinaire. Après avoir vécu deux années en Suisse, elle a choisi de rentrer à Cuba et d’intégrer l’univers de la dissidence. En 2007, elle a créé le blog Generación Y – traduit en pas moins de 18 langues ! – dans lequel elle y fustige de manière virulente le système et le gouvernement cubains. Sa nouvelle activité a été couronnée de succès. En l’espace de quelques années, Sánchez a reçu de multiples distinctions du monde entier, toutes accompagnées de dotations financières. Au total, la bloggeuse a été rétribuée au total à hauteur de 250 000 euros, c’est-à-dire une somme équivalant à plus de 20 années de salaire minimum dans un pays tel que la France, cinquième puissance mondiale, et à 1488 années de salaire minimum à Cuba (4).


A cela s’ajoute le salaire mensuel de 6 000 dollars que lui verse la Société interaméricaine de presse, qui regroupe les grands conglomérats médiatiques privés du continent, et qui a décidé de la nommer vice-présidente régionale de la Commission de liberté de presse et d’information pour Cuba (5). Le quotidien espagnol El País a également décidé de la nommer correspondante à La Havane, lui octroyant un confortable salaire (6).


Le gouvernement des Etats-Unis, dont l’objectif ouvertement affiché est un changement de régime à Cuba par le biais du financement d’une opposition interne, a fait de Yoani Sánchez sa priorité. Il considère, dans des documents confidentiels rendus publics par Wikileaks, « que Yoani Sánchez peut jouer un rôle à long terme dans une Cuba post-Castro (7) ». L’opposante cubaine est en étroite relation avec la diplomatie étasunienne à Cuba, comme l’indique un câble classé « secret » en raison de son contenu sensible. Elle est tenue en haute estime par l’administration Obama, comme le montre la réunion secrète qui a eu lieu dans son appartement avec la sous-secrétaire d’Etat étasunienne Bisa Williams lors de sa visite à Cuba entre le 16 et le 22 septembre 2010 (8).


Michael Parmly, ancien chef de la diplomatie étasunienne à La Havane, qui, d’après les documents confidentiels de la Section d’intérêts nord-américains de La Havane, se réunissait régulièrement avec Yoani Sánchez dans sa résidence personnelle, a fait part de son inquiétude au sujet de la publication des câbles diplomatiques étasuniens par Wikileaks : « Je serais vraiment ennuyé si les nombreuses conversations que j’ai eues avec Yoani Sánchez venaient à être publiées. Elle pourrait en payer les conséquences toute sa vie (9) ». La question qui vient inévitablement à l’esprit est la suivante : pour quelles raisons Yoani Sánchez serait-elle en danger si ses agissements, comme elle l’affirme, respectent le cadre de la légalité ?


A l’évidence, Yoani Sánchez n’est pas une simple dissidente. Il serait intéressant que la principale figure de l’opposition cubaine profite de sa tournée mondiale pour éclairer certaines zones d’ombres sur son parcours personnel et révèle quels sont les puissants intérêts qui se cachent derrière sa personne.


Notes
1. Voz de América, « Yoani Sánchez viaja a Brasil el 17 de febrero », 6 février 2013.
2. Yoani Sánchez, 17 février. https://twitter.com/yoanisanchez 
3. EFE, « La bloguera cubana hablará en Brasil sobre libertad y derechos », 17 février 2013.
4. Yoani Sánchez, « Premios », Generación Y.
5. El Nuevo Herald, « Nombran a Yoani en Comisión de la SIP », 9 novembre 2012.
6. El País, « Artículos escritos por Yoani Sánchez », http://elpais.com/autor/yoani_sanchez/a/ (site consulté le 17 février 2013).
7. Jonathan D. Farrar, « The U.S. and the Role of the Opposition in Cuba », United States Interests Section, 9 avril 2009, cable 09HAVANA221. http://213.251.145.96/cable/2009/04/09HAVANA221.html (site consulté le 18 décembre 2010).
8. Joaquin F. Monserrate, « GOC Signals ‘Readiness to Move Forward’ », United States Interests Section, 25 septembre 2009, cable 09HAVANA592, http://213.251.145.96/cable/2009/09/09HAVANA592.html (site consulté le 18 décembre 2010)
9. Michael Parmly, « Consenso On Line : An Impartial Forum In Cuba », United States Interests Section, 28 juin 2007, cable 07HAVANA622, http://wikileaks.org/cable/2007/06/07HAVANA622.html (site consulté le 15 septembre 2011) ;Stéphane Bussard, « Ma rencontre avec l’auteur des câbles sur Cuba », Le Temps, 30 décembre.


  



>> Retrouvez sur notre shop !

Bruxelles - Caracas   Bruxelles - Caracas


14-bruxelles-caracas-.html

Les 7 péchés d'Hugo Chavez  Les 7 péchés d'Hugo Chavez


8-les-7-peches-d-hugo-chavez.html


Haut de la page - Accueil

Investig'Action - Michelcollon.info l'info décodée info decodee info decodee
Investig'Action - Journal de l'Afrique
info decodee

Les causes lointaines de la guerre au Mali

Amadou Seydou Traore

Depuis le début du 20ème siècle, les ressources minières du Sahara : charbon (435 millions t), fer (...)

من العراق إلى اليمن، الفخ الطّائفي

Grégoire Lalieu

من لبنان إلى البحرين و مرورا بسوريا أو العراق، لا وجود للحد الأدنى من الإتفاق بين السنة و الشيعة ذلك أن كلا (...)

Latin America in Perspective : Between Successes and New Challenges

Raffaele Morgantini - Tarik Bouafia

After the lost decades of the 1980s and 1990s that saw Latin America falling into extreme (...)

Colômbia : o maior obstáculo para um acordo de paz é o interesse geoestratégico dos EUA

Alberto Pinzon Sanchez - Alex Anfruns

Em 2001, o doutor e antropólogo Alberto Pinzón Sánchez formou parte de uma comissão encarregada de (...)

Gaza, le terrain de jeu de l’armée israélienne

Tarik Bouafia

L’ONG Breaking the silence (rompre le silence) vient de publier des témoignages accablants de (...)

A propos du mois de l’Histoire Noire aux USA

Ilka Oliva Corado

Cinquante ans se sont passés depuis l’assassinat de Malcolm X, ce leader de descendance (...)

Avis de tempête sur le Mouvement des Non Alignés

Jean-Pierre Page

Le Mouvement des Non Alignés (MNA), à l’origine duquel on trouva Tito de Yougoslavie, Nasser (...)

Passage éclair en Palestine occupée

Meïssa et Tofayl

Lundi 27 avril, 14h30. Notre avion atterrit à l’aéroport de Ben Gourion, Tel Aviv, Israël. C’est (...)

Théorie du complot : comment le « Le Style paranoïaque » fut détourné par les néo-conservateurs (1/2)

Observatoire du néoconservatisme

Pourquoi Hofstadter, l’auteur du best seller « le style paranoïaque » ne parle-t-il pas des groupes (...)

La guerre saoudienne contre le Yémen et l’alliance des opportunistes

Hamdan Al Damiri

Depuis une semaine se déroule devant nos yeux une guerre destructrice menée par l’Arabie saoudite (...)