> Analyses et témoignages > Moyen-Orient > Bachar al-Assad, la Syrie et la vérité sur les armes chimiques

Bachar al-Assad, la Syrie et la vérité sur les armes chimiques
Robert Fisk

|

10 décembre 2012

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Plus le mensonge est gros, plus les gens le croient. Nous savons tous qui a dit cela, mais cela marche toujours. Bachar al-Assad possède des armes chimiques. Il va peut-être les utiliser contre les Syriens, son peuple. S’il le fait, l’Occident ripostera. Nous avons déjà entendu cette histoire l’an dernier, et le régime de Assad a répété à qui veut l’entendre que s’il –s’il - avait des armes chimiques, jamais il ne les utiliserait contre son peuple.

 

Mais Washington entonne de nouveau le même refrain : Bachar a des armes chimiques, il va les utiliser contre son peuple et s’il le fait…


Et, bien s’il s’en sert, Obama, Mme Clinton et l’Otan seront très, très fâchés. Mais, au cours de la semaine, dernière, les habituels pseudos experts, ceux qui ne savaient pas trouver la Syrie sur une carte, nous ont averti que la Syrie pourrait posséder du gaz moutarde, des agents chimiques, des agents biologiques, et les utiliser. Et quelles sont les sources ? Les mêmes spécialistes fantaisistes qui nous ne nous ont pas averti du 11 septembre mais insistaient pour dire que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive en 2003, ces « sources du renseignement militaire anonymes », avec pour acronyme SRMU (en anglais « unnamed military intelligence sources - UMIS »)


Coup de théâtre


Et voila que coup de théâtre, quelqu’un de la Canadian Broadcasting Corporation m’appelle pour me parler de l’usage d’armes chimiques qu’aurait fait Hafez al-Assad lors de la répression du soulèvement sunnite à Hama en 1982. Ses sources : les mêmes vieilles UMIS. Mais, il s’avère que j’étais à Hama en février 1982 - raison pour laquelle les Canadiens m’appelaient - et alors que l’armée syrienne massacrait véritablement son peuple (qui avait, à propos, massacré des officiels du régime et leurs familles), personne n’avait jamais eu recours à des armes chimiques.


Pas un soldat que j’avais rencontré ne portait de masque à gaz. Aucun civil non plus. L’air dangereusement parfumé que mes collègues et moi avions reniflé, après l’attaque de Saddam (alors notre allié) avec des armes chimiques, contre les soldats iraniens n’était pas là. Et, aucun des survivants que j’ai interviewés pendant 30 ans depuis 1982 n’a jamais mentionné l’usage de gaz.


Mais maintenant, nous devons croire qu’il l’a été. Et, ainsi un nouveau conte de fées pour enfants commence : Hafez al-Assad les a utilisés il y a trente ans. Et, donc son fils Bachar pourrait faire de même. Et n’était-ce pas la raison pour laquelle nous avons envahi l’Irak en 2003 : parce que Saddam avait gazé son peuple et pourrait le faire de nouveau ?


Foutaise


Et, oui, plus gros est le mensonge, mieux c’est. Il est vrai que nous, journalistes, avons fait notre devoir en faisant circuler cette foutaise. Et Bachar - dont les forces ont commis suffisamment d’iniquités - va se voir accuser d’un autre crime qu’il n’a pas commis et que son père n’a pas non plus commis. Ouf, les armes chimiques, c’est une mauvaise nouvelle. C’est pourquoi les Etats-Unis en ont fourni à Saddam avec les composants pour en fabriquer, ainsi que l’Allemagne (bien sûr).


C’est pourquoi, quand Saddam a utilisé ces gaz à Halabja, les UMIS ont dit à la CIA d’en faire porter la responsabilité à l’Iran. Et, oui, Bachar a probablement quelques vieux barils de produits chimiques rouillés quelque part en Syrie. Madame Clinton est préoccupée qu’ils puissent « tomber entre de mauvaises mains » comme s’ils étaient à l’heure actuelle « entre de bonnes mains ». Les Russes ont demandé à Bachar de ne pas les utiliser. Oserait-il envoyer promener la seule superpuissance qui est son allié ?


Et, à propos, qui a été le premier à utiliser des gaz au Moyen-Orient ? Saddam ? Certes non. Les Britanniques, bien sûr, sous le commandement du général Allenby, contre les Turcs dans le Sinaï en 1917. Et ça, C’EST LA VERITE.



Traduction : Xavière Jardez

* Bashar al-Assad, Syria, and the truth about chemical weapons, par Robert Fisk (The Independent – 8/12/12)
http://www.independent.co.uk/voices...


Haut de la page - Accueil

Investig'Action - Michelcollon.info l'info décodée info decodee info decodee
Investig'Action - Journal de l'Afrique
info decodee

Les premiers fruits amers de l’unité nationale : Guerres, peurs, humiliations, mises sous surveillance

Saïd Bouamama

La grande manifestation « Je suis Charlie » a été célébrée par l’ensemble de nos médias, par le (...)

Une autre civilisation s’impose

Saïd Bouamama

« Mission civilisatrice », disaient-ils, et nous avons eu les enfumages en Algérie, le massacre à (...)

Charlie Hebdo : chercher à comprendre pour éviter les pièges

Grégoire Lalieu

Quel rapport entre la découverte du pétrole, le rire de Nasser, la guerre d’Algérie, la révolte (...)

L’attentat contre Charlie Hebdo : l’occultation politique et médiatique des causes, des conséquences et des enjeux

Saïd Bouamama

L’attentat contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo marquera notre histoire contemporaine. (...)

Avec Jihad made in USA, Investig’Action se lance dans les e-books !

Investig’Action

Outre l’édition papier de notre nouveau livre Jihad made in USA, nous sommes très heureux de vous (...)

Deux conceptions de l’antiracisme : le paternalisme ou la révolte ?

Saïd Bouamama

La performance de l’artiste sud-africain Brett Bailley intitulée Exhibit B est l’objet depuis (...)

Michel Collon présente Jihad made in USA, le nouveau livre d’Investig’Action (vidéo)

Michel Collon - Grégoire Lalieu

Que se passe-t-il vraiment en Syrie et en Egypte ? Quel rôle jouent Arabie Saoudite, Qatar, (...)

Réfugiés

Elsa Grigaut

« Nous sommes encore vivants, nous avons de l’espoir. Vous qui avez le Droit, aidez nous à avoir (...)

Avoir 20 ans dans les quartiers populaires : mépris de « classe » et humiliation de « race »

Saïd Bouamama

Le mi-mandat de François Hollande a été l’occasion d’une émission télévisée avec le président de la (...)

Les manipulations médiatiques sur les poilus lors de la commémoration de l’armistice

Saïd Bouamama

Le centenaire du déclenchement de la première guerre mondiale a donné une dimension particulière (...)